Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 19:41

" On ne mesure jamais jusqu'où on s'expose, se met en danger, tous ceux qui s'arrachent livrent leur kilo de chair aux chiens et aux autres... A chaque exposition, Courbet retraversait le même mur, il le savait... Il y a l'homme d'avant et celui d'après... il semblerait qu'une chimie s'opère. C'est l'émotion bien sûr de voir ses toiles pendues au mur, c'est surtout le regard des autres qui brutalement n'est plus le même. Tout vient de là, le peintre comme l'enfant qui vient au monde en dépendent corps et âme de cette lorgnette !

  La chair aux chiens ! ...en pâture il se donne, accroché aux murs ! quand il n'a plus d'armes pour se défendre,  quand il s'est battu contre
lui-même, tout ce qui l'empêchait, il a tout donné...alors maintenant tout l'atteint, un mauvais regard et le voilà sous terre... enterré, mort-vivant !

 On pourrait croire qu'en accrochant ses toiles il s'en détache. Je t'en fous ! Il y est tout dedans et c'est bien lui qu'on va mordre... ou caresser ! là qu'elle commence la chimie. Un arbre fait des feuilles, des fruits, des graines qui donneront d'autres arbres... l'art n'est rien que naturel, un mouvement de la nature, de l'être, sa floraison... et sa chute. Si on l'empêchait de faire ses feuilles, Courbet s'étiolerait, se fanerait, végéterait. Il en savait quelque chose à quarante-sept ans parce qu'il avait choisi de se mettre sur la place publique... Choisi ? Un arbre ne choisit pas de faire des feuilles, c'est sa nature, c'est tout... comme ça qu'il vient au monde. On en finit pas de venir au monde."

François Dupeyron : Le Grand Soir  Actes Sud 2006



 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le Lecturamak - 2021 Centenaire Georges Brassens
  • : "Nous serions pires que ce que nous sommes sans les bons livres que nous avons lus ; nous serions plus conformistes, moins inquiets, moins insoumis, et l'esprit critique, moteur du progrès, n'existerait même pas. Tout comme écrire, lire c'est protester contre les insuffisances de la vie." Mario Vargas Llosa. Discours du Prix Nobel" Je pense que nous n'avons pas de meilleure aide que les livres pour comprendre la vie. Les bons livres, en particulier. C'est la raison pour laquelle je lis : pour comprendre de quelle façon je dois vivre, et découvrir qui sont les autres, dans le secret d'eux-mêmes " Benjamin Markovits : extrait d'entretien pour Transfuges n° 31 juin-juillet 2009
  • Contact
">

richard desjardins

Recherche

Isabelle Mayereau


compteur gratuit ">


compteur gratuit
">

romain didier


compteur ">

">


compteur ">

SITES À DÉCOUVRIR  :

 

LE BLOG D'YSABEL

 

NOTRE JARDIN DES LIVRES

LA PARAFE

LYVRES
UNE AUTRE ANNÉE

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -