Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 17:27

" J'avance caché. C'est pour cela que je n'aime pas les étiquettes : je n'aime pas être perçu, je veux être au milieu de la foule sans que nul ne le sache. C'est ça, mon costume de dandy. je suis comme Brummell qui disait : " si vous m'avez remarqué, c'est que je n'étais pas bien habillé. " Il ne faut pas qu'on me voie. Tout le monde dit : Laferrière, il est léger, il est drôle. Personne ne se méfie. Pendant ce temps, je continue ma chronique. Vingt livres déja... vous n'aurez pas de grand livre de moi, tout sera moyen, égal. Mon obsession, quand j'écris, c'est qu'on ne puisse pas me citer. Qu'il n'y ait que des annotations, du présent de l'indicatif, pas de réflexions ni de méditations, et surtout pas ces phrases qu'un lecteur a envie de noter quand il les croise dans un ouvrage. A ce titre, L'énigme du retour est une erreur dans mon travail : en vingt-cinq ans, c'est la seule fopis où j'ai fait des phrases. J'étais trop bien habillé en quelque sorte ! Alors que la littérature, c'est comme un fer brûlant qu'on fait entrer dans le corps de l'autre - alors il ne faut pas que la personne voie le fer avant, sinon elle s'enfuit. Ne pas faire de littérature, c'est énorme, cela demande beaucoup de travail. En plus , vous ne serez jamais cité comme un grand écrivain. Il n'y a rien de plus facile qu'être un grand écrivain. Faire un livre moyen, être juste un bon écrivain : ça, c'est difficile. "

 

Dany Laferrière, entretien pour Télérama 3204 du 8 juin 2011

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dany_Laferri%C3%A8re

 

http://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20100121.BIB4760/tout-bouge-autour-de-moi.html

Partager cet article

Repost 0
publié par jmlire9258 - dans Extraits d'entretiens
commenter cet article

commentaires

  • : Le Lecturamak
  • : "Nous serions pires que ce que nous sommes sans les bons livres que nous avons lus ; nous serions plus conformistes, moins inquiets, moins insoumis, et l'esprit critique, moteur du progrès, n'existerait même pas. Tout comme écrire, lire c'est protester contre les insuffisances de la vie." Mario Vargas Llosa. Discours du Prix Nobel" Je pense que nous n'avons pas de meilleure aide que les livres pour comprendre la vie. Les bons livres, en particulier. C'est la raison pour laquelle je lis : pour comprendre de quelle façon je dois vivre, et découvrir qui sont les autres, dans le secret d'eux-mêmes " Benjamin Markovits : extrait d'entretien pour Transfuges n° 31 juin-juillet 2009
  • Contact
">

richard desjardins

Recherche


compteur ">

thomas fersen


compteur gratuit ">


compteur gratuit
">

romain didier

Mes auteurs favoris


Nathacha Appanah
Philippe Claudel
Jim Harrison
Haruki Murakami
J.M.G Le Clézio
Michel Houellebecq
Honoré de Balzac
John Irving
Philip Roth
Fred Vargas
Arto Paasilinna
Patrick Süskind
Tom Wolfe
David Lodge
Isaac Asimov
Victor Hugo
Fiodor Dostoïevski
George Orwell
Mathias Enard
Romain Gary
">

">


compteur ">


compteur
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -