Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 18:47

" La litterature, c'est toujours mettre la langue à l'épreuve de toutes ses forces : comment on décrit un champignon atomique, comment une tranchée, etc. Sans tomber dans le cliché. Le cliché est toujours là : tout a déja été écrit, il y a toujours une façon préprogrammée de décrire les choses, une écriture déja là et c'est très difficile d'en sortir. Il me semble que l'écrivain  a deux choses à faire :  éviter le cliché qui vient facilement avec la narration d'autant qu'elle aborde des sujets éculés ( adultère, déchéance familiale, etc, ) qui charrient un corpus de textes, d'expressions toutes faites ; et se méfier de son style. Ça c'est terrible : pour un premier livre, tu mets au point une écriture très personnelle. Elle fonctionne au deuxième livre, mais un peu moins. Parce qu'il faut que l'écriture bouge si tu conçois bien sûr chaque livre comme un objet, une machine différente. Sinon l'écriture devient un style et tu te parodies toi-même. C'est le paradoxe de l'écrivain : il se battit une écriture, mais après il doit se battre contre elle. Tous les écrivains le sentent quand ils commencent à se parodier. Ils abordent une scène, une réflexion, et à l'avance ils savent comment ils vont l'écrire, comment ça va fonctionner. C'est un peu embêtant, parce qu'au bout d'un moment, l'écriture ne peut plus rien générer. Il faut toujours faire bouger les choses. On n'est pas forcé de changer radicalement de style d'un livre à l'autre, mais il faut se déplacer. Un écrivain comme Patrick Deville, par exemple, a changé du tout au tout en passant des éditions de Minuit aux éditions du Seuil. Il a eu besoin de se renouveler. Le pire ennemi de l'écrivain, c'est son style. Tu n'écris pas pour faire carrière, tu écris pour un livre qui va voyager un peu entre les lecteurs. C'est le livre qui est censé créer des lecteurs, pas l'auteur.... Peut-être que Modiano c'est toujours génial, mais globalement c'est toujours la même voiture et elle commence à être patinée. Ce qui se passe, c'est que l'écrivain commence à se faire une idée mentale de son lectorat et se met à écrire pour lui, inconsciemment. Mais ça fait des censures...

 

Claro : extrait d'entretien pour Le Matricule des Anges, Septembre 2010

 

http://www.lmda.net/

 

http://livres.fluctuat.net/claro.html

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Claro

 

Partager cet article

Repost 0
publié par jmlire9258 - dans Extraits d'entretiens
commenter cet article

commentaires

  • : Le Lecturamak
  • : "Nous serions pires que ce que nous sommes sans les bons livres que nous avons lus ; nous serions plus conformistes, moins inquiets, moins insoumis, et l'esprit critique, moteur du progrès, n'existerait même pas. Tout comme écrire, lire c'est protester contre les insuffisances de la vie." Mario Vargas Llosa. Discours du Prix Nobel" Je pense que nous n'avons pas de meilleure aide que les livres pour comprendre la vie. Les bons livres, en particulier. C'est la raison pour laquelle je lis : pour comprendre de quelle façon je dois vivre, et découvrir qui sont les autres, dans le secret d'eux-mêmes " Benjamin Markovits : extrait d'entretien pour Transfuges n° 31 juin-juillet 2009
  • Contact
">

richard desjardins

Recherche


compteur ">

thomas fersen


compteur gratuit ">


compteur gratuit
">

romain didier

Mes auteurs favoris


Nathacha Appanah
Philippe Claudel
Jim Harrison
Haruki Murakami
J.M.G Le Clézio
Michel Houellebecq
Honoré de Balzac
John Irving
Philip Roth
Fred Vargas
Arto Paasilinna
Patrick Süskind
Tom Wolfe
David Lodge
Isaac Asimov
Victor Hugo
Fiodor Dostoïevski
George Orwell
Mathias Enard
Romain Gary
">

">


compteur ">


compteur
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -