Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 17:35

 Cette semaine, je pourrais être à Athènes, Deauville, Madrid », soupire Nicolas Albin en déchirant son courrier du matin. Cancérologue à Rouen, il pourrait « partir tous les quinze jours » s'il le voulait. Mais il ne le veut pas. Dans un article publié dans la revue médicale Pratiques, qui ne bénéficie pas de financements de l'industrie pharmaceutique, Nicolas Albin attaque ces congrès qui vident régulièrement les services de cancérologie des hôpitaux français. Il appelle cela l'« onco-tourisme ». Comme nombre de ses confrères, il aurait pu aller à La Havane du 6 au 11 novembre 2005. Mais, demande-t-il, « est-il vraiment nécessaire de déplacer une centaine de médecins français sur le continent cubain afin d'améliorer leurs connaissances médicales ? Ne serait-il pas plus simple d'effectuer un tel congrès dans un lieu anodin, situé en France, à Evreux par exemple, plus propice à une réflexion médicale de qualité qu'une cure de farniente sur les plages cubaines ? » A ce congrès, 63 orateurs et une centaine de participants étaient prévus. Il calcule qu'un cancérologue voit en moyenne 25 patients par jour. Vingt-cinq multipliés par cinq jours de congrès multipliés par 100 médecins égalent combien de patients et de malades à diagnostiquer mis sur liste d'attente ? « Au moment où nous discutons des nécessaires économies de santé afin de pérenniser notre beau système de santé ouvert à tous, il convient de garder à l 'esprit que tant que les marges des laboratoires permettront de déplacer 200 médecins tous frais payés à Cuba pendant une semaine, ces dernières doivent être revues à la baisse », écrit-il. Le congrès médical, c'est plus que le congrès médical. C'est presque une institution...

" En pratique, l'industrie pharmaceutique est libre d'inviter, avion, hôtel, restaurant, un médecin à Sydney pour lui présenter un nouveau médicament. Ce qui change, c'est que l'épouse du médecin n'est plus invitée." ...

En 2005-2006, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a jeté son dévolu sur les ophtalmologues :  132 contrôles, 31 rappels à la réglementation, 12 procès-verbaux d'infraction. Première source de tracas : les congrès. Exemple : " Le congrès annoncé comme scientifique se transforme en séjour esssentiellement touristique, sans que le médecin n'en tire les conséquences sur le financement de son séjour à San-Francisco, Marbella ou Fort-de-France. le même constat peut être fait en ce qui concerne la participation à des manifestations sportives sous couvert de réunion de travail, matchs de football, golf, grand prix de formule1..." Et l'information strictement médicale, elle est où dans tout ça ?..

 

Stéphane Horel : extrait de " Les médicamenteurs " Editions du Moment 2010.

 

 

https://www.atoute.org/n/article149.html

Partager cet article

Repost0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 18:55

 

" Plus de cinquante mille enfants prennent chaque jour en Allemagne des psychostimulants destinés à les rendre plus calmes et plus attentifs. Les comprimés sont censés combattre un trouble qui se répand comme une épidémie : le trouble déficitaire de l'attention ( TDA ), souvent lié à l'hyperactivité ( TDAH)... Derrière la consommation grandissante de médicaments se cache bien plus qu'une simple bougeotte. Cela fait des années que les laboratoire pharmaceutiques, aidés de certains neurologues, s'appliquent à présenter  leurs contemporains nerveux et instables comme des individus malades devant être traités. Mais le mythe de l'enfant hyperactif fait aujourd'hui comme jamais l'objet d'une attention passionnée, promettant ainsi des millions de chiffre d'affaires...
  Aux Etats-Unis, même si l'on se réfère aux critères de diagnostics figurant sur les fiches d'évaluation réalisées par les défenseurs du TDAH, la moitié des enfants sous méthylphénidate ne seraient pas réellement atteints du syndrome. Au pays des enfants inattentifs, la consommation de méthylphenidate représente 80 % de la consommation mondiale. Le TDAH y fait partie du quotidien, au même titre que Burger King et McDonad's : cinq millions d'enfants environ sont considérés comme souffrant du TDAH. Pour chaque patient reconnu, les écoles américaines reçoivent une prime annuelle de 400 dollars- un dédommagement pour la prise en charge des élèves particulièrement casse-pieds. En 1999, un tribunal a même condamné des parents à administrer le médicament à leur enfant de sept ans... En 2005, le National Institute of Mental Health a financé dans des crèches une étude clinique portant sur plus de trois cents enfants à peine sortis des langes. Pendant trois ans, le méthyldphénidate dût être administré sous surveillance médicale aux patients, âgés de trois à cinq ans.
  Pourtant, on ne sait toujours pas de manière univoque si, à long terme, le méthylphénidate permet vraiment aux enfants de mieux apprendre, notamment car l'on ne dispose pour l'instant d'aucune étude de longue durée. D'après les résultats d'une enquête, le traitement médicamenteux n'entraînerait à long terme ni amélioration des résultats scolaires, ni adaptation du comportement social...
  Nombre de parents et de médecins renoncent à administrer la pilule d'obéissance par crainte d'éventuels effets à retardement. les médicaments modifient en effet les conditions dans lesquelles le cerveau de l'enfant se développe. Car un point fait l'unanimité : le méthylphénidate laisse des traces durables dans le cerveau. La substance agit par exemple sur le choix des gènes devant être activés ou désactivés au sein des cellules nerveuses. A Gottingen, un groupe de chercheurs dirigé par le neurologue Gérald Hüther a mis en évidence, dans le cadre d'expériences sur l'animal, des modifications sur le cerveau des rongeurs. Les chercheurs ont administré du méthylphénidate à de jeunes rats, puis les ont laissés grandir avant d'étudier leur cerveau : dans une petite région de l'encéphale, le nombre de transporteurs de la dopamine avait diminué de moitié.
  D'après Gérard Hüther, ceci pourrait conduire à une carence en dopamine - et ainsi déclencher à long terme une maladie de Parkinson...
  Il est pourtant possible d'aider les enfants sans avoir recours aux médicaments, par exemple par de simples modifications de la vie quotidienne. L'histoire de ce jeune anglais, qui allait à l'école à la fin du XIXème siècle et serait aujourd'hui certainement considéré comme hyperactif, pourrait faire exemple : afin de calmer son énergie débordante, l'enfant remuant et ses enseignants décidèrent d'un commun accord que le jeune garçon serait autorisé à faire le tour de l'école en courant à la fin de chaque heure de cours, ce qui améliora notablement le quotidien - aussi bien celui de l'élève que celui de ses enseignants. Le héros de cette histoire a par la suite complètement renoncé à la pratique sportive. Son nom : Winston Churchill.

Jörg Blech : " Les inventeurs de maladies " Actes Sud 2005


 

 

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 18:57

" Quand je serai mort, quand se seront retirées de moi les raisons qui me portaient avec le souffle, quand mon esprit disparu aura réintégré l'immense journée où tout est égal, quand je serai redevenu petit et que mon corps se sera confondu avec la place qu'il avait occupée dans le monde, alors les vieilles contradictions, les doutes, les rythmes s'évanouiront d'eux-mêmes comme des illusions. Cet instant magique que je ne vivrais même pas aura lieu. Ce ne sera pas un passage. Ce ne sera pas une métamorphose, ni une trahison. Ce sera simplement effectué, sans heurt, sans que rien du monde bascule ou se détériore, comme un voile léger qu'on enlève, comme une goutte qui sèche sur la surface de pierre inchangée, comme une sorte d'ombre projetée qui s'efface quand s'arrête le flux lumineux qui l'avait rendue réelle. Ce que j'avais cru être la différence fondamentale entre moi et le monde, cette séparation qui avait été mon drame, tout cela fondra, se dissoudra facilement sans laisser de trace."

J.M.G Le Clézio : " L'extase matérielle "


 

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 18:43

 " Pour dire d'un homme qu'il est civilisé, on dit souvent " cultivé ". Pourquoi ? Qu'est-ce que cette culture ? Souvent, trop souvent, cela veut dire que cet homme sait le grec ou le latin, qu'il est capable de réciter des vers par cœur, qu'il connaît les noms des peintres hollandais et des musiciens allemands. La culture sert alors à briller dans un monde où la futilité est de mise. Cette culture n'est que l'envers d'une ignorance. Cultivé pour celui-ci, inculte pour celui-là. Etant relative, la culture est un phénomène infini ; elle ne peut jamais être accomplie. Qu'est-il donc,  cet homme cultivé que l'on veut nous donner pour modèle ?                                                                                                            

  Trop souvent aussi on réduit cette notion de culture au seul fait des arts. Pourquoi serait-ce là la culture ? Dans cette vie, tout est important. Plutôt que de dire d'un homme qu'il est cultivé, je voudrais qu'on me dise : c'est un homme...
  La culture n'est rien ; c'est l'homme qui est tout. Dans sa vérité contradictoire, dans sa vérité multiforme et changeante. Ceux qui se croient cultivés parce qu'ils connaissent la mythologie grecque, la botanique, ou la poésie portugaise se dupent eux-mêmes. Méconnaissant le domaine infini de la culture, ils ne savent pas ce qu'ils portent de vraiment grand en eux : la vie.
  Ces noms bizarres et insolites qu'ils lancent dans leurs conversations m'irritent. Croient-ils m'impressionner vraiment avec leurs citations, leurs références aux philosophes présocratiques ? Leur prétendue richesse n'est que pauvreté qui se masque. La vérité est à un autre prix. Savoir ce qu'un homme comprend de misère, de faiblesse, de banalité, voilà la vraie culture. Avoir lu, avoir appris n'est pas important. L'art,  respectable entité bourgeoise, signe de l'homme cultivé, civilisé, de l'homme du monde; de l'" honnête homme " : mensonge, jeu de société, perméabilité, futilité. Etre vivant est une chose sérieuse. je la prends à coeur. Je ne veux pas qu'on déguise, qu'on affabule. Si l'on fait ce voyage, il ne faut pas que ce soit en " touriste " qui passe vite et se dépêche de ne retenir que l'essentiel, ce pauvre essentiel qui permet de briller à peu de frais, en parlant du " Japon " ou du " mythe tauromachique dans l'oeuvre d'Hemingway ". Les détails de la vie sont bien plus enivrants.
  Certes, le produit des hommes n'est pas négligeable. Lire Shakespeare, connaître l'oeuvre de Mizogushi est aussi important. Mais que celui qui lit Shakespeare ou qui regarde Mizogushi le fasse de toute son âme, et pas seulement pour sacrifier au snobisme de la culture...                                                   
  La culture n'est pas une fin. La culture est une nourriture, parmi d'autres, une richesse malléable qui n'existe qu'à travers l'homme. L'homme doit se servir d'elle pour se former, non pour s'oublier. Surtout, il ne doit jamais perdre de vue que, bien plus important que l'art et la philosophie, il y a le monde où il vit. Un monde précis, ingénieux, où chaque seconde qui passe lui apporte quelque chose, le transforme, le fabrique. Où l'angle d'une table a plus de réalité que l'histoire d'une civilisation, où la rue, avec ses mouvements, ses visages familiers, hostiles, ses séries de petits drames rapides et burlesques, a mille fois plus de secret et de pénétrabilité que l'art qui pourrait l'exprimer."

J.M.G Le Clézio : " L'extase matérielle "


 

Partager cet article

Repost0
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 18:32

...La maladie coloniale. On ne veut pas exploiter ni faire souffrir. Tout au contraire. On était si gentil avec eux et voilà comment ils se comportent. les pauvres. La gentillesse personnelle est censée gommer l'inégalité des droits et des niveaux de vie. A la limite, la victime c'est le colonisateur parce que le colonisé le corrompt, sabote ses bonnes intentions, le force à user de violence en ne se conduisant pas comme il devrait. " vous tuez nos enfants , mais nous vous reprochons encore plus d'avoir à tuer les vôtres ", disait Golda-Meir. Germaine Tillion a fort bien décrit comment la mauvaise conscience peut dégénérer en mauvaise foi...
  Nous qualifions de colon un sioniste religieux convaincu qu'il ne fait que rentrer chez lui, recouvrer ses droits de propriété sur les terres que Dieu lui a confiées... Et c'est nous, Européens , qui avons, à ses yeux, mauvais esprit. Pensons à lui dire que ce n'est pas par malveillance mais par éducation. Celle-ci dépend largement du pays d'où l'on vient. Du milieu où l'on a incubé.
  Les inventeurs de la notion de " milieu ",  en France, passent pour de grossiers personnages, Sainte-Beuve, Hyppolite Taine. Positivistes, déterministes, matérialistes et autres noms d'oiseaux. Dommage. Quand les idées d'un honnête homme nous choquent, regardons l'humus où il a poussé. A quoi s'est-il frotté dès l'enfance , quels visages l'ont entouré, quelles chansons l'ont bercé. Vous voulez comprendre qui dit quoi, et pourquoi : arrêtez de jouer aux idées, cherchez le bocal. Causette inutile. Le jus fait le jeu.

  On prête à Camus un fameux  :   " Entre la Justice et ma mère, je choisis ma mère. " il fallait du courage pour le reconnaître, mais s'agit-il bien d'un choix ? Que peut le cortex contre l'hypothalamus - au bout du compte ? Cette fatale attraction, c'est l'ombre du mancenillier sous le soleil des Lumières. J'avais la vague idée qu'un jugement pondéré, départageant les torts et les mérites,  pourrait concilier l'inconciliable entre Israel et Ismael. Un mirage. Le viscéral ne se discute pas. Le sacré non plus. Echange impossible. Silence recommandé.

Régis Debray : " Un candide en Terre sainte "

Un candide en Terre sainte

Partager cet article

Repost0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 18:26

" En ville, le vide, les détritus, l'ennui. Rien à faire, peu à manger. Et pas d'alcool. À la place, les armes à feu. Les gamins fanfaronnent avec, en pleine rue, AK-47, M-16, revolvers ( les roquettes Quassam ne se montrent pas, ni les Katioucha ) .On tire en l'air dans les mariages, on se tire dessus entre familles, par jeu, par habitude, par vendetta. Difficile de s'y reconnaître entre les polices, brigades, gangs : il n'y a plus de forces de maintien de l'ordre, mais il y a 70 000 policiers ou prétendus tels. Qui dit prison, dit tunnel. Les armes rentrent par les tunnels, côté Égyptien, avec, la mafia russo-israélienne aidant, drogues et voitures volées. Sur ce chapitre, ce sont les Palestiniens qui ont outrepassé les plafonds des accords d'Oslo. En 2005, il y a eu plus de Palestiniens tués par d'autres Palestiniens que durant les trois années précédentes. En nombre de victimes, les Israéliens gardent un net avantage ( ils ont d'autres moyens ) , mais on pressent le jour où cette chaudière rouillée va s'autodétruire. Tout cela, Quassam, prises d'otages, opérations suicides, paraît aussi irrépressible que bricolé, aussi interminable qu'incontrôlable. Porté par une marée aveugle et juvénile, un vent fou de vitalité collective et suicidaire.
Jeter des pierres sur les chars n'est pas donné à tous. A Gaza, le sol étant plat et sablonneux, le chérubin saute de suite au stade supérieur du projectile, balle de fusil ou roquette. Les jeteurs de pierres sont les petits Palestiniens des collines, en Cisjordanie. A verser au chapitre " stratégie et géologie" "

 

Régis Debray : " Un candide en Terre sainte "

Partager cet article

Repost0
7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 17:38

"... une grand-mère du voisinage s'est fait exploser au passage d'une patrouille israélienne, qui n'a eu que trois blessés. Elle était âgée de soixante-sept ans, et elle avait laissé plein de bonbons à ses soixante-treize petits enfants, bien en évidence sur la table de la cuisine pour le jour de ses funérailles. Elles furent festives, paraît-il. L'un de ses fils avait été peu avant tué dans la rue, avec deux autres emprisonnés comme militants du Fatah, et sa maison, en punition, détruite par les bulldozers. Elle en avait assez d'avoir peur. Elle s'est mis un bandeau vert du Hamas autour de la tête, a enregistré son testament vidéo, a pris une douche et s'est collé des pains de TNT sous la robe. C'est devenu l’héroïne du quartier, mais tous, apparemment, ne sont pas d'accord. On traite parfois de lâches les Palestiniens parce qu'ils enverraient leurs enfants se faire tuer à leur place. Ici, je vois des enfants dissuader mamie et papy d'aller jusqu'au bout. "

Régis Debray : " un candide en Terre sainte "

http://www.passiondulivre.com/livre-49502-un-candide-en-terre-sainte.htm


A rapprocher du fait-divers ci-dessous :
 

Une grand-mère palestinienne de 68 ans a commis un attentat suicide ce jeudi près de soldats israéliens dans la bande de Gaza, blessant trois d’entre eux. Il s’agit du premier revendiqué par le Hamas en près de deux ans.

Fatima Omar Mahmoud al-Najar, mère de neuf enfants et grand-mère de 41 petits-enfants, a actionné sa charge explosive près de soldats israéliens participant à une incursion dans le secteur de Jabaliya, dans le nord du territoire palestinien.

 

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 18:49
D'après un étude de C.Beathy et S. Fothergill (2004) intitulée " le glissement du "chomage" vers la "maladie"

Depuis 1979 les courbes du taux de chomage et du nombre de Britanniques touchant une pension d'invalidité ou une allocation maladie de longue durée ( Incapacity Benefit ) ont suivi un cheminement contraire et régulier. Plus le nombre de chomeurs baisse, plus celui des "malades " augmente. En 1996, pour la première fois, on comptait davantage de handicapés et de malades longue durée que de chomeurs. Au 1er janvier 2006; il y avait 1 530 000 sans-emploi au Royaume-Uni pour 2,7 millions de "malades". A mettre en parallèle avec le nombre de ces malades indemnisée en 1981 : 600 000.
Il semblerait y avoir une extrème complaisance et facilité à obtenir ce statut de "malade inemployable" pour les chomeurs ayant acquis assez de points sur leur  compte d'assurance sociale. Ce statut permet d'etre indemnisé environ 80 euros par semaine( en comparaison  81,50 euros pour un chomeur )
Une astuce intéressante lorsque l'on veut plafonner le chomage à environ 5% et apparaitre comme le champion d'Europe de cette catégorie.

Pour plus de précisions et d'informations édifiantes sur le modèle britannique dont se gaussent  nos responsables politique, du PS à l'UMP, lire l'excellent livre de Philippe Auclair : " Le royaume enchanté de Tony Blair ". Normalien, philosophe de formation , l'auteur vit à Londres depuis 1987, et n'a rien du gauchiste primaire, ce qui donne encore plus de poids à son témoignage percutant.  L'étude dont je parle ci-dessus est tirée de cet excellent bouquin.



jugurta.canalblog.com/archives/2007/09/13/6201011.html

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 18:31

" Le sida a tué des millions de personne qui auraient pu être sauvées par la trithérapie. Dans les pays du Sud,  les laboratoire locaux pouvaient  produire des copies de molécules à bon marché, les génériques, et sauver des populations entières. Pendant des années, les trusts du médicament occidentaux ont mené une guerre occulte pour l'empêcher. A cause de ce retard, des milliers de personnes sont mortes.


Alors qu'il occupe le poste de vice-président, Al Gore va jouer l'agent des  multinationales un peu partout dans le monde. Il menace l'Afrique du Sud, mais aussi le Brésil et la ThaÏlande  - qui s'apprête à lancer un programme de génériques du sida. Ils sont prévenus : ils pourraient  se voir appliquer des sanctions à travers l'Organisation Mondiale du commerce. Ce tribunal mondial, tout puissant et dont les délibérations sont interdites aux journalistes, est là pour faire valoir coûte que coûte les interêts du commerce. Même quand ceux-ci mettent en jeu la survie de millions de personnes.

Que vient faire AL Gore dans ce combat douteux ? A cette question, on aimerait bien ne pas  répondre de  manière trop simple Et pourtant... Comment ne pas remarquer qu'il existe des liens financiers entre l'équipe d'Al Gore et l'industrie pharmaceutique ? Aux Etats-Unis, les candidats se battent pour obtenir de l'argent des grandes entreprises. Contrairement à la France, où ce genre de pratique a pour nom corruption, aux  Etats-Unis, il est légal de financer les hommes politiques, du moment que la procédure est transparente. Et les sommes sont de plus en plus importantes. En 1991, les labos ne donnaient que 2,9 millions de dollars, répartis à part égale entre le candidat démocrate et le républicain. Dix ans plus tard, c'est dix fois plus : 24 millions de dollars, répartis à 70% pour Georges W. Bush et le reste pour Al Gore. De quoi donner le vertige. De quoi surtout induire un peu de gratitude lorsque le téléphone sonne. Et il sonne très souvent.
L'industrie pharmaceutique travaille au corps en permanence le personnel politique. Pour être sûre que ses interêts soient pris en compte à Washington, elle déploie 297 lobbyistes, un pour deux membres du Congrès.
Les bonnes relations faisant les bons amis, les labos ont offert, par exemple, 250 000 dollars à Bill Clinton pour que sa cérémonie d'intronisation ait de l'allure. L'un des conseillers les plus proches de  Gore, Anthony Podesta, est aussi l'un des agents d'influence les plus importants de l'industrie pharmaceutique. Il a été payé 160 000 dollars pour faire du lobbying notamment sur la question des brevets, de 1997 à 1998."

Tiré du livre de Paul Moreira : " Les nouvelles censures, dans les coulisses de la  manipulation de l'information"


paulmoreira.blog.20minutes.fr/archive/2007/10/14/al-gore-un-%C3%A9pisode-m%C3%A9connu.html

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 16:33
Paul Moreira.

" Le 21 mars 1985, un groupe d'intellectuels prestigieux ( BHL, J.F Revel, E. Leroy-Ladurie, F Arrabal ...) , demandent par pétition au Congrès Américain d'autoriser le Président Reagan à financer les Contras, groupe d’extrême-droite, organisation terroriste, dressé contre le régime sandiniste élu démocratiquement et à orientation socialiste.
Qui a convaincu ces belles signatures de s'engager de manière aussi aveugle dans cette opération de propagande en faveur d'assassins ?
D'où vient l'initiative de cette pétition : de la branche européenne d'un groupe américain : The International of Résistance, financé notamment par une fondation conservatrice privée : la John Olin Foundation, toute dévouée au Président Reagan.
BHL, et d'autres intellectuels ont-ils pu vraiment signer ce texte sans le savoir ? Ou encore ont-ils été assez naïfs pour se laisser abuser par l'énorme machine de propagande déployé par les américains ? Le 6 février 1982, le Figaro magazine publiait une photo très spectaculaire d'un amoncellement de corps livrés aux flammes. "Un massacre d'Indiens MIskitos " Perpétré par les sandinistes. L'image rappelant implacablement celles des camps de la mort . Ces photos avaient été produites par le secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères, Alexander Haig, lors d'une conférence de presse-événement. Haig crie au génocide sandiniste.
Il s'agit d'une manipulation grossière. En fait, ces photos ont été prises après un tremblement de terre, bien avant que les sandinistes arrivent au pouvoir. La Croix-Rouge avait décidé de mettre le feu aux cadavres, pour éviter les épidémies.
C'est le propre photographe, auteur de l'image qui a reconnu son cliché. Celui ci a été détourné et recadré, de manière à faire sortir du champ le personnel de la Croix-Rouge.
Scandalisé, le photographe produit l'original pour preuve de la supercherie..."

Extrait de " Les nouvelles censures , dans les coulisses de la manipulation de l'information" de  Paul Moreira, Robert Laffont, 2007.

Partager cet article

Repost0

  • : Le Lecturamak - 2021 Centenaire Georges Brassens
  • : "Nous serions pires que ce que nous sommes sans les bons livres que nous avons lus ; nous serions plus conformistes, moins inquiets, moins insoumis, et l'esprit critique, moteur du progrès, n'existerait même pas. Tout comme écrire, lire c'est protester contre les insuffisances de la vie." Mario Vargas Llosa. Discours du Prix Nobel" Je pense que nous n'avons pas de meilleure aide que les livres pour comprendre la vie. Les bons livres, en particulier. C'est la raison pour laquelle je lis : pour comprendre de quelle façon je dois vivre, et découvrir qui sont les autres, dans le secret d'eux-mêmes " Benjamin Markovits : extrait d'entretien pour Transfuges n° 31 juin-juillet 2009
  • Contact
">

richard desjardins

Recherche

Isabelle Mayereau


compteur gratuit ">


compteur gratuit
">

romain didier


compteur ">

">


compteur ">

SITES À DÉCOUVRIR  :

 

LE BLOG D'YSABEL

 

NOTRE JARDIN DES LIVRES

LA PARAFE

LYVRES
UNE AUTRE ANNÉE

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -