Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 18:31

" Le sida a tué des millions de personne qui auraient pu être sauvées par la trithérapie. Dans les pays du Sud,  les laboratoire locaux pouvaient  produire des copies de molécules à bon marché, les génériques, et sauver des populations entières. Pendant des années, les trusts du médicament occidentaux ont mené une guerre occulte pour l'empêcher. A cause de ce retard, des milliers de personnes sont mortes.


Alors qu'il occupe le poste de vice-président, Al Gore va jouer l'agent des  multinationales un peu partout dans le monde. Il menace l'Afrique du Sud, mais aussi le Brésil et la ThaÏlande  - qui s'apprête à lancer un programme de génériques du sida. Ils sont prévenus : ils pourraient  se voir appliquer des sanctions à travers l'Organisation Mondiale du commerce. Ce tribunal mondial, tout puissant et dont les délibérations sont interdites aux journalistes, est là pour faire valoir coûte que coûte les interêts du commerce. Même quand ceux-ci mettent en jeu la survie de millions de personnes.

Que vient faire AL Gore dans ce combat douteux ? A cette question, on aimerait bien ne pas  répondre de  manière trop simple Et pourtant... Comment ne pas remarquer qu'il existe des liens financiers entre l'équipe d'Al Gore et l'industrie pharmaceutique ? Aux Etats-Unis, les candidats se battent pour obtenir de l'argent des grandes entreprises. Contrairement à la France, où ce genre de pratique a pour nom corruption, aux  Etats-Unis, il est légal de financer les hommes politiques, du moment que la procédure est transparente. Et les sommes sont de plus en plus importantes. En 1991, les labos ne donnaient que 2,9 millions de dollars, répartis à part égale entre le candidat démocrate et le républicain. Dix ans plus tard, c'est dix fois plus : 24 millions de dollars, répartis à 70% pour Georges W. Bush et le reste pour Al Gore. De quoi donner le vertige. De quoi surtout induire un peu de gratitude lorsque le téléphone sonne. Et il sonne très souvent.
L'industrie pharmaceutique travaille au corps en permanence le personnel politique. Pour être sûre que ses interêts soient pris en compte à Washington, elle déploie 297 lobbyistes, un pour deux membres du Congrès.
Les bonnes relations faisant les bons amis, les labos ont offert, par exemple, 250 000 dollars à Bill Clinton pour que sa cérémonie d'intronisation ait de l'allure. L'un des conseillers les plus proches de  Gore, Anthony Podesta, est aussi l'un des agents d'influence les plus importants de l'industrie pharmaceutique. Il a été payé 160 000 dollars pour faire du lobbying notamment sur la question des brevets, de 1997 à 1998."

Tiré du livre de Paul Moreira : " Les nouvelles censures, dans les coulisses de la  manipulation de l'information"


paulmoreira.blog.20minutes.fr/archive/2007/10/14/al-gore-un-%C3%A9pisode-m%C3%A9connu.html

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 16:33
Paul Moreira.

" Le 21 mars 1985, un groupe d'intellectuels prestigieux ( BHL, J.F Revel, E. Leroy-Ladurie, F Arrabal ...) , demandent par pétition au Congrès Américain d'autoriser le Président Reagan à financer les Contras, groupe d’extrême-droite, organisation terroriste, dressé contre le régime sandiniste élu démocratiquement et à orientation socialiste.
Qui a convaincu ces belles signatures de s'engager de manière aussi aveugle dans cette opération de propagande en faveur d'assassins ?
D'où vient l'initiative de cette pétition : de la branche européenne d'un groupe américain : The International of Résistance, financé notamment par une fondation conservatrice privée : la John Olin Foundation, toute dévouée au Président Reagan.
BHL, et d'autres intellectuels ont-ils pu vraiment signer ce texte sans le savoir ? Ou encore ont-ils été assez naïfs pour se laisser abuser par l'énorme machine de propagande déployé par les américains ? Le 6 février 1982, le Figaro magazine publiait une photo très spectaculaire d'un amoncellement de corps livrés aux flammes. "Un massacre d'Indiens MIskitos " Perpétré par les sandinistes. L'image rappelant implacablement celles des camps de la mort . Ces photos avaient été produites par le secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères, Alexander Haig, lors d'une conférence de presse-événement. Haig crie au génocide sandiniste.
Il s'agit d'une manipulation grossière. En fait, ces photos ont été prises après un tremblement de terre, bien avant que les sandinistes arrivent au pouvoir. La Croix-Rouge avait décidé de mettre le feu aux cadavres, pour éviter les épidémies.
C'est le propre photographe, auteur de l'image qui a reconnu son cliché. Celui ci a été détourné et recadré, de manière à faire sortir du champ le personnel de la Croix-Rouge.
Scandalisé, le photographe produit l'original pour preuve de la supercherie..."

Extrait de " Les nouvelles censures , dans les coulisses de la manipulation de l'information" de  Paul Moreira, Robert Laffont, 2007.

Partager cet article

Repost0

  • : Le Lecturamak
  • : "Nous serions pires que ce que nous sommes sans les bons livres que nous avons lus ; nous serions plus conformistes, moins inquiets, moins insoumis, et l'esprit critique, moteur du progrès, n'existerait même pas. Tout comme écrire, lire c'est protester contre les insuffisances de la vie." Mario Vargas Llosa. Discours du Prix Nobel" Je pense que nous n'avons pas de meilleure aide que les livres pour comprendre la vie. Les bons livres, en particulier. C'est la raison pour laquelle je lis : pour comprendre de quelle façon je dois vivre, et découvrir qui sont les autres, dans le secret d'eux-mêmes " Benjamin Markovits : extrait d'entretien pour Transfuges n° 31 juin-juillet 2009
  • Contact
">

richard desjardins

Recherche

Isabelle Mayereau


compteur gratuit ">


compteur gratuit
">

romain didier


compteur ">

">


compteur ">

SITES À DÉCOUVRIR  :

 

LE BLOG D'YSABEL

 

NOTRE JARDIN DES LIVRES

LA PARAFE

LYVRES
UNE AUTRE ANNÉE

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -