Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2022 6 13 /08 /août /2022 17:15

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2021 4 02 /12 /décembre /2021 16:37
David Lodge par Alison Bryan, 2008

Quand Tessa apprit à Edward que Violet était dans un hôpital psychiatrique, il en fut désolé mais pas vraiment surpris. la moitié des patients qu'il voyait aujourd'hui souffraient apparemment de maladies mentales ou psychosomatiques et une grande proportion de ses ordonnances prescrivaient des tranquillisants.  Michael et Miriam, qui avaient lu R.D. Laing et Ivan Illich, se moquaient de lui à ce sujet.

   - Je ne peux pas prescrire le bonheur, pourtant c'est ce que réclament généralement mes patients, dit-il, donc j'ordonne du Valium à la place.

   - Comment penses-tu que la race humaine se débrouillait avant que le Valium ne fût inventé ? interrogea Miriam.

   - Voilà une bonne question, reconnut-il. Bien entendu il y avait l'alcool, le Laudanum, etc. Mais je me demande parfois s'il n'y a pas eu récemment un bond énorme dans l'attente de bonheur de l'être humain moyen. Autrefois, notre homme moyen se contentait d'avoir le ventre plein une fois par jour et de ne pas tomber malade. Aujourd'hui, chacun s'attend à être heureux et en bonne santé. On veut réussir, être admiré et aimé à chaque instant. naturellement les gens sont déçus et ils deviennent cinglés..."

 

 

David Lodge, extrait de "Jeux de maux" 1980, Éditions Pâyot et Rivages, 1993 pour la traduction française.

 

Du même auteur, dans Le Lecturamak :

 

SUR LE NET : 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 11:58

Partager cet article

Repost0
28 mai 2020 4 28 /05 /mai /2020 23:21
Martin Amis, photo L. D. Moore

" Lorsque les gens demandent :  "Qu'aviez-vous l'intention de dire dans ce roman ? ", la réponse à la question est, bien sûr, le roman, les quatre cents  soixante-dix pages du roman. Mais pas un slogan à imprimer sur un badge ou un tee-shirt. C'est une des faiblesses humaines que de réduire les choses à un slogan ou à une personnalité, mais j'ai l'impression d'avoir ouvert la brèche à ça... à la personnalité qui se met en travers du roman...

Ce qui est intéressant, lorsque vous avez des séances de signature avec d'autres écrivains et que vous regardez les files d'attente devant les tables, c'est que vous pouvez repérer des types humains précis, dans ces files. J'ai fait une de ces séances avec Roald Dahl et des divisions humaines assez prévisibles ont pu être observées. Pour lui, beaucoup d'enfants, beaucoup de parents d'enfants. Pour Julian Barnes, la file semblait plutôt constituée de personnes relativement à l'aise, des professions libérales. Ma file d'attente est toujours pleine de, enfin vous voyez bien, de types louches aux yeux fous et de gens qui me fixent très intensément, comme si j'avais pour eux un message spécifique. Comme si je ne pouvais pas ne pas savoir qu'ils m'ont lu, que cette dyade, ou symbiose, lecteur-écrivain a été si intense que je ne peux que la connaître aussi...

 

Nabokov a dit quelque chose comme : "Je pense comme un génie, j'écris comme un homme de lettres distingué et je parle comme un idiot" La première et la troisième proposition sont vraies pour tout le monde. Ainsi que de nombreux écrivains l'ont montré, des gens apparemment ordinaires, mal structurés, et non instruits ont des pensées mystiques et poétiques qui ne parviennent tout simplement pas à trouver leur expression. À quoi de mieux un écrivain pourrait-il s'employer que de les exprimer pour eux ? Ils disent que tout le monde porte en soi un roman mais que ce roman ne s'écrit pas souvent..."

 

extrait d'interview de Martin Amis dans l'ouvrage Paris Review les entretiens volume 2 Christian Bourgois, 2011

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 18:05
Joseph Conrad

Un paquebot avait fait escale dans la rade cet après-midi-là, et la salle à manger de l'hôtel était encombrée de gens qui avaient dans leur poche un billet pour un tour du monde à cent livres. Il y avait des couples bourgeois dont les voyages ne semblaient pas dissiper l'ennui qu'ils s'inspiraient réciproquement ; il y avait des petits groupes, des groupes plus importants, des isolés qui dînaient avec dignité, où s'empiffraient bruyamment ; mais tous pensaient, conversaient, plaisantaient ou se disputaient, comme ils avaient coutumes de le faire chez eux, aussi stupidement fermés à toute impression nouvelle que les malles disposées dans leur chambre à l'étage. Dorénavant, ils seraient étiquetés comme des gens ayant visité tel ou tel lieu, exactement comme leurs bagages. Ils seraient enchantés de ce signe distinctif attaché à leur personne, et garderaient les étiquettes collées à leurs valises comme un témoignage, comme l'unique trace permanente de leur tentative d'enrichissement personnel. Les serveurs noirs allaient et venaient sans bruit dans la vaste salle au plancher rutilant. De temps à autre, on entendait le rire d'une jeune fille, aussi vide et innocent que son cerveau ; ou, dans une brève interruption des bruits de vaisselle, quelques mots prononcés d'une voix négligemment affectée par quelque bel esprit brodant pour le plaisir d'une tablée hilare sur l'histoire piquante d'un récent scandale à bord. Deux vieilles filles, touristes endimanchées pour séduire, consultaient le menu d'un air réprobateur en murmurant entre elles de leurs lèvres fanées, avec des visages inexpressifs, tels deux somptueux épouvantails."

 

Joseph Conrad : extrait de "Lord Jim", 1900, Éditions Autrement 1996.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lord_Jim_(roman)

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 18:33
Bertrand Russell, 28 novembre 1957, photographie Onedward / Anefo
Bertrand Russell, 28 novembre 1957

La soumission passive à la sagesse de l'enseignant est naturelle à la plupart des garçons et des filles. Elle ne requiert aucun effort de raisonnement autonome, elle semble rationnelle, puisque le maître en sait plus que ses élèves, et permet de gagner ses faveurs s'il ne s'agit pas d'une personne très exceptionnelle. Mais l'habitude de l'acceptation passive a des conséquences désastreuses pour le restant de l'existence. Elle mène les gens à rechercher un chef et à accepter comme tel quiconque est installé dans cette fonction. Elle assied la domination des Églises, des gouvernements, des appareils de parti et de toutes les structures de pouvoir trompant le commun des mortels dans le but de perpétuer les vieux systèmes nocifs pour eux-mêmes et pour le pays. Même si les système éducatif l'encourageait, l'indépendance d'esprit serait peu-être assez rare ; mais elle serait plus présente qu'actuellement...

   On me rétorquera que la joie de l'aventure intellectuelle est peu fréquente, que peu sont en mesure de l'apprécier et que l'enseignement ordinaire ne peut prendre en compte une denrée aussi aristocratique. Je ne partage pas cette opinion. La joie de l'aventure intellectuelle est beaucoup plus fréquente chez les jeunes que chez les hommes et femmes adultes. Chez les enfants, elle est très répandue et se développe naturellement à cet âge des chimères où l'on joue à faire semblant. Elle ,est plus rare dans la suite de la vie parce que tout est conçu pour la tuer par l'éducation. Les hommes craignent la pensée plus que tout sur terre - plus que les destructions, plus que la mort même. La pensée est subversive et révolutionnaire épouvantablement destructrice ; la pensée est sans concession envers les privilèges, les institutions en place et les habitudes confortables ; la pensée est anarchique elle est sans foi ni loi, indifférente à l'autorité, elle ne se soucie pas de la sagesse éprouvée des générations précédentes. La pensée, la vraie, contemple sans effroi la fosse du diable. Elle voit l'homme tel qu'il est : fragile atome, entouré d'insondables profondeurs de silence ; et pourtant elle se tient fièrement, impassible comme si elle était la maîtresse de l'Univers. La pensée est grande et rapide et libre, elle éclaire le monde, elle est la plus haute gloire de l'humanité.

 Si la pensée devient le bien commun et cesse d'être le privilège de quelques-uns, nous en aurons fini avec la peur. C'est la peur qui entrave les humains : celle de voir leurs précieuses croyances se révéler illusoires, celle de voir les institutions qui les gouvernent se révéler nocives, celle de se voir eux-mêmes moins dignes de respect qu'ils le pensaient."

 

 

Bertrand Russell : extrait de " L'Éducation en tant qu'institution politique". Texte paru dans The Atlantic en juin 1916. Magazine Books n°100, septembre 2019

Partager cet article

Repost0
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 17:07
John Le Carré, forum culturel Hambourg 2008.
John Le Carré, 2008

" Je vis dans un petit coin désolé d'Angleterre, où les effets déplorables de ce que je considère être une façon déplorable de gouverner - au niveau central - se font sentir en détail dans l'agriculture, la pêche, les communications et les transports, tous ces domaines. Ma définition d'une société décente est une société qui s'occupe d'abord de ses perdants et qui protège ses faibles. Ce que je vois dans mon pays, progressivement, avec les années, c'est que les riches sont devenus  plus  riches et les pauvres plus pauvres. Les riches sont devenus indifférents, pris dans une philosophie de l'avidité, et les pauvres sont de plus en plus désespérés parce qu'on ne s'occupe pas d'eux comme il faudrait. C'est en fait ce qu'il se passe dans bien des pays occidentaux. Votre pays, me dit-on , n'en est pas à l'abri."

 

John Le Carré : extrait d'entretien pour Paris Review, 1996.

Paris Review anthologie volume 2, Christian Bourgois, 2011

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 11:15

Il y a un conte de fées sur un prince et des pierres noires. Au sommet d'une montagne de cristal se trouve une

Jeanette Winterson photo mariusz kubik
Jeanette Winterson

princesse, c'est-à-dire l'objet qui a la plus haute valeur, l'objet désiré. Le prince, le héros, le sujet en quête, veut atteindre la princesse, cet objet de très grande valeur. Il commence à escalader la montagne, qui est en cristal et donc extrêmement glissante et difficile. Pendant un temps, il se débrouille bien. Puis ces pierres noires qui sont sur son chemin se mettent à parler et elles disent : " Tu es idiot. Pourqupoi grimpes-tu cette montagne ? Tu n'arriveras jamais au sommet. En tout cas quand tu arriveras au sommet, cela ne vaudra pas le coup, il n'y a rien." Ou alors : " Tu vas mourir de soif, tu vas mourir de faim. " Cela continue durant toute l'ascension  ; il devient de plus en plus déprimé, et il pense : " Je n'arriverai jamais, jamais au sommet. " Ensuite, bien sûr, le héros finit par arriver au sommet et libère la princesse. Il regarde derrière lui et se rend compte que les pierres noires étaient les âmes de tous ceux qui avaient échoué avant lui et qui ne voulaient donc pas que quelqu'un d'autre réussisse, parce que la seule chose qui les justifiait était leur échec. C'est une histoire utile si vous êtes écrivain, parce que la route est pleine de pierres noires. Tout ce que vous savez, c'est qu'il y a cette chose de très grande valeur, inestimable, que vous voulez continuer à tenter d'atteindre. Chaque fois , en grimpant la roche glissante, sans aucune impression que vous allez y arriver, vous devez simplement vous boucher les oreilles et continuer à grimper."

 

Jeanette Winterson : extrait d'entretien pour Paris Review, 1997. Paris Review anthologie, volume 2, Christian Bourgois, 2011

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanette_Winterson

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2018 1 29 /10 /octobre /2018 11:12
Willy Stöwer  (1864–1931)Stöwer_Titanic_(colourized).jpg
Willy Stöwer (1864–1931)Stöwer_Titanic_(colourized).jpg

" En fait, je n'aime pas que les choses soient trop évidentes, je n'aime pas non plus trop expliquer les choses. Dans Sombre dimanche, une des femmes se brise le cou et meurt. Je ne voulais pas que le lecteur sache laquelle, parce que je ne le savais pas moi-même... Cela aurait pu être n'importe qui, et le lecteur aurait pu choisir. Dans les premiers livres je savais plus ou moins ce que je faisais parce que les choses tournaient autour de ma mère, de mon père et de mes tantes... Lorsqu'il s'est agi d'écrire sur Scott, sur le Titanic , sur la Crimée, je ne savais plus ce que je faisais. Mais je savais comment tricoter l'intrigue...

  Lorsque j'écris, je travaille jour et nuit. Je ne sors pas. Il m'arrive de ne pas me coucher, mais de simplement faire un somme sur le canapé. Souvent, je ne prends pas de bain, parce que le plaisir de prendre un bon bain après cinq jours, et de me laver les cheveux, me revitalise. Je fume, mais je ne bois pas. Lorsque j'écris des articles pour les journaux, il m'arrive de boire un verre, ou si je suis bloquée dans un livre, je peux boire un coup. Je vis comme ça jour et nuit pendant quatre mois, et puis c'est fini, le livre est terminé et je prends un bon bain...

 

  Mon mari, Austin Davies, a été le professeur de John Lennon à la Liverpool Art School. En fait, le soir où nous nous sommes séparés, mon mari donnait une fête chez nous à laquelle étaient venus les Beatles, John Lennon, Stuart Sutcliff - celui qui est mort - et je ne me rappelle plus qui. La fête a duré trois jours et trois nuits ; je suis partie m'installer au bout de la rue chez une amie avec les enfants, et nous avons par la suite divorcé à l'amiable. Je n'ai jamais revu les Beatles..."

 

Beryl Bainbridge : extrait entretien réalisé en 2000 . Paris Review Anthologie volume 2, Christian Bourgois, 2011

https://en.wikipedia.org/wiki/Beryl_Bainbridge

 

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 20:45
Virginia Woolf

C'est à la nuit qu'elle pensait, se raccrochant en quelque sorte à elle-même, levant les yeux vers le ciel. Ses narines captèrent soudain la campagne, la sombre tranquillité des champs sous les étoiles - mais cette beauté qui l'enchantait, ici à Westminster, dans le jardin arrière de Mrs Dalloway, car elle avait grandi en milieu rural, devait naître du contraste : l'odeur du foin dans l'air et, derrière elle, un salon plein de monde. Elle marchait aux côtés de Bertram, son allure pareille à celle d'un cerf, cédant un peu au niveau des chevilles, majestueuse, silencieuse, tous les sens en éveil, les oreilles dressées, les narines humant l'air, telle une créature sauvage mais très contrôlée, qui prenait son plaisir la nuit.

   Voici la plus grande des merveilles se dit-elle, l'exploit suprême de la race humaine. Là où il y avait eu des lits en osier, des coracles traversant péniblement les marais à la rame, il y avait ceci ; et elle songea à la maison bien construite, aux murs épais et étanches, remplie d'objets précieux, bourdonnante de gens qui, se rapprochant et s'écartant, échangeaient leurs points de vue, se stimulaient. Clarissa Dalloway avait ouvert sa maison sur les étendues désolées de la nuit...

 

Virginia Woolf : extrait de " La soirée de Mrs Dalloway" Les Allusifs, 2014

http://Photo credit: pvillarrubia on Visualhunt.com / CC BY-NC-SA

 

Du même auteur, dans Le Lecturamak : 

Partager cet article

Repost0

  • : Le Lecturamak
  • : "Nous serions pires que ce que nous sommes sans les bons livres que nous avons lus ; nous serions plus conformistes, moins inquiets, moins insoumis, et l'esprit critique, moteur du progrès, n'existerait même pas. Tout comme écrire, lire c'est protester contre les insuffisances de la vie." Mario Vargas Llosa. Discours du Prix Nobel" Je pense que nous n'avons pas de meilleure aide que les livres pour comprendre la vie. Les bons livres, en particulier. C'est la raison pour laquelle je lis : pour comprendre de quelle façon je dois vivre, et découvrir qui sont les autres, dans le secret d'eux-mêmes " Benjamin Markovits : extrait d'entretien pour Transfuges n° 31 juin-juillet 2009
  • Contact
">

richard desjardins

Recherche

Isabelle Mayereau


compteur gratuit ">


compteur gratuit
">

romain didier


compteur ">

">


compteur ">

SITES À DÉCOUVRIR  :

 

LE BLOG D'YSABEL

 

NOTRE JARDIN DES LIVRES

LA PARAFE

LYVRES
UNE AUTRE ANNÉE

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -