Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 17:21
apprendre à lire

" Quand on rit, est-ce qu'on rit au premier degré ou est-ce qu'on est capable de ne pas prendre les choses telles qu'elles sont écrites et présentées ? Le principe du rire est justement de créer le décalage entre ce qui est écrit ( et que l'on pourrait prendre au premier degré) et notre esprit critique ( qui nous fait dire : mais non, évidemment, c'est de l'humour). Aujourd’hui, il semble que l'on ne sache plus dire si tel roman relève de l'humour ou pas : on a peur que ce soit vrai. On lit au premier degré. Au degré le plus basique. Dans le cas Houellebecq , par exemple, il s'agit d'un conte drôlatique. Lui-même l'a expliqué, je crois. Or aujourd'hui beaucoup disent qu'il, faut prendre ce roman au pied de la lettre, que c'est islamophobe, que Houellebecq se rend complice de cette soumission qu'il met en scène dans son roman...C'est totalement absurde. Il faut apprendre à lire. Et mettre des limites au politiquement correct, qui est en train de nous dévorer. L'écrivain à droit au politiquement incorrect, aux hypothèses les plus folles, les plus farfelues. Voila ce qu'il faut enseigner aujourd'hui à l'école. Deux priorités donc : premièrement, apprendre à lire ; deuxièmement, accepter le politiquement incorrect. Et j'ajouterai, troisièmement,; apprendre à faire la différence entre le réel et l'imaginaire. Certaines de nos élites, politiques, mais aussi journalistiques, sont obsédées par le moralisme. Et ce sont les mêmes qui viennent ensuite défiler pour la liberté d'expression... En faisant de la conformité au politiquement correct la valeur numéro un, on tue la littérature.

Elisabeth Badinter : extrait d'entretien, dans le magazine Lire, Mars 2015

Partager cet article

Repost 0
publié par jmlire9258 - dans Extraits d'entretiens
commenter cet article

commentaires

  • : Le Lecturamak
  • : "Nous serions pires que ce que nous sommes sans les bons livres que nous avons lus ; nous serions plus conformistes, moins inquiets, moins insoumis, et l'esprit critique, moteur du progrès, n'existerait même pas. Tout comme écrire, lire c'est protester contre les insuffisances de la vie." Mario Vargas Llosa. Discours du Prix Nobel" Je pense que nous n'avons pas de meilleure aide que les livres pour comprendre la vie. Les bons livres, en particulier. C'est la raison pour laquelle je lis : pour comprendre de quelle façon je dois vivre, et découvrir qui sont les autres, dans le secret d'eux-mêmes " Benjamin Markovits : extrait d'entretien pour Transfuges n° 31 juin-juillet 2009
  • Contact
">

richard desjardins

Recherche


compteur ">

thomas fersen


compteur gratuit ">


compteur gratuit
">

romain didier

Mes auteurs favoris


Nathacha Appanah
Philippe Claudel
Jim Harrison
Haruki Murakami
J.M.G Le Clézio
Michel Houellebecq
Honoré de Balzac
John Irving
Philip Roth
Fred Vargas
Arto Paasilinna
Patrick Süskind
Tom Wolfe
David Lodge
Isaac Asimov
Victor Hugo
Fiodor Dostoïevski
George Orwell
Mathias Enard
Romain Gary
">

">


compteur ">


compteur
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -